{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×
Néo-classicisme
Mouvement artistique

Le néo-classicisme est à la fois un mouvement artistique, et une période stylistique qui émerge vers 1750 dans l'Europe des Lumières, contemporain et consécutif de la vogue du Grand Tour. Son apogée se situe vers 1780 jusqu'à 1800 et le déclin de son influence s'amorce vers 1810 avec la concurrence du romantisme. Le néo-classicisme est caractérisé par la volonté d'un retour aux sources de l'art, que les théoriciens croyaient être d'origine antique, dans l'art grec, étrusque et romain. Il se diffuse d'abord en architecture avec un retour aux principes de Vitruve et l'imitation des monuments grecs et romains, ensuite en peinture, en sculpture, et dans les arts graphiques et les arts décoratifs. Les artistes les plus représentatifs de cette période, sont les architectes Robert Adam et le duo Percier et Fontaine, les peintres Anton Raphaël Mengs et Jacques-Louis David, et les sculpteurs Antonio Canova et Bertel Thorvaldsen.

Le mouvement néo-classique, né à Rome au moment où l'on redécouvre Pompéi et Herculanum, se diffuse en Europe et aux États-Unis par l'intermédiaire des écrits de théoriciens dont le principal représentant est l'archéologue et historien d'art Johann Joachim Winckelmann qui préconise un retour à la « vertu », à la simplicité et au goût de l'épure de l'antique après le baroque et surtout ce que les promoteurs du retour à l'antique considèrent comme les excès foisonnants et frivoles du rococo de la période précédente. Cette expression nouvelle d'un style ancien souhaite rallier tous les arts à ce qu'on appela alors « le vrai style ».

Ce mouvement est encouragé par les monarques sensibles à la philosophie des lumières et à cette nouvelle esthétique, comme Catherine II en Russie George III en Angleterre, ou Frédéric-Guillaume II de Prusse. Les nouvelles républiques issues des révolutions française et américaine en font le style officiel, car il représente symboliquement la démocratie de la Grèce antique et la République romaine. Napoléon Ier impose le néo-classicisme sévère du style Empire en prenant comme modèle l'Empire romain.

En architecture et en décoration, plusieurs styles découlent du néo-classicisme, dont les principaux sont le style Adam, le style Directoire, le style Empire, le style fédéral et le biedermeier.

L'apparition du néo-classicisme s'inscrit d'abord dans un large rejet du style rococo qui marque l'Europe du siècle des lumières. Pour les allemands empreints de sentiments anti-français, parce qu'il représente le règne de Louis XV et ses extravagances, pour les anglais de tradition anglicane, qui prônent un retour à la simplicité, parce qu'il est le dernier représentant d'une esthétique caractéristique de la contre-réforme catholique. Vers les années 1770, ce rejet touche aussi l'Italie et la France, pourtant promoteurs du rococo, mais chez eux il s'exprime contre le caractère jugé immoral de ce style, représentant le luxe, la frivolité, pour revenir à des considérations plus morales et vertueuses.

Au milieu du XVIIIeme siècle, la vogue du Grand Tour amène une communauté d'aristocrates voyageurs, venu d'Angleterre, de France ou de Prusse à se confronter directement aux vestiges antiques, lors de voyages d'éducation en Italie, Grèce ou Turquie. L'un de ces voyage, celui du marquis de Marigny en 1750-1751, a un important impact sur l'évolution du gout en France et en Europe. Frère cadet de la marquise de Pompadour, Abel-François Poisson de Vandières est envoyé en mission à Rome accompagné du graveur Charles Nicolas Cochin et de l'architecte Jacques-Germain Soufflot. De ce voyage les artistes prennent conscience de la particularité des œuvres antiques, sans passer par la réinterpétation stylistique issue de la Renaissance ou de la tradition classique. Soufflot pousse son excursion plus au sud en découvrant le site de Paestum en Campanie, où la confrontation avec des temples grecs présentant un style archaiques avec des colonnes doriques sans bases est pour lui, une révélation. À la même période, les voyageurs anglais, profitant du relâchement de la pression turque en Grèce, peuvent faire le voyage qui permet la publication de recueils d'antiquité grecques dont celui de Richard Dalton, Antiquities and views of Grece and Egypt, qui amène les amateurs d'antiquité, comme Caylus et Winckelmann a considérer l'esthétique grecque antique, supérieure à celle de l'antiquité romaine.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →

Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Néo-classicisme

Montre plus ... Moins ...