{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion

Joseph Anton Koch

Joseph Anton Koch

Поделиться: Article Wikipedia

Joseph Anton Koch, né à Obergiblen dans le Tyrol le 27 juillet 1768 et mort à Rome le 12 janvier 1839, est un peintre autrichien.

Fils de paysans, Josef Anton Koch est né à Obergiblen, village de la vallée du Lech, niché dans les montagnes du Tyrol occidental, dépendant politiquement de l'Autriche, mais appartenant à l'évêché d‘Augsbourg. Enfant, Josef Anton aidait son père à s'occuper de la ferme et en particulier du petit troupeau familial. C'est là qu'il fit l'apprentissage des rapports avec la nature, qu'il aima, et elle inspira dès lors sa production artistique. Sa mère, Anna Elisabetta Burdi, était originaire de Coblence. De ses dix frères et sœurs, seules deux sœurs survécurent à l'enfance.

Les capacités du jeune bouvier furent bientôt remarquées par des experts de passage. Il dessinait partout où il le pouvait. Sur des rochers avec le charbon de bois des feux de berger ou en égratignant l'écorce des arbres. L'attention de l'évêque d'Augsbourg, qui s'était rendu pour une confirmation dans ce village montagnard reculé, lui permit de poursuivre sa formation en Souabe à partir de sa quinzième année, d'abord comme séminariste à Dillingen, puis dans l'atelier d'un sculpteur à Augsbourg, et finalement pendant six ans à la Hochschule de Stuttgart.

À cette époque, la Révolution française éclatait et enflammait de nombreux esprits à travers toute l'Europe, parmi eux Josef Anton Koch. Ce dernier transforma sa détestation des méthodes archaïques de la Hochschule en ardeur politique. Mis aux arrêts pour insubordination en 1791, il s'enfuit de l'école, coupa sa natte prescrite par la réglementation d'ancien régime, et l'envoya par dérision à ses anciens professeurs de l'académie, avant de se joindre aux cercles jacobins, d'abord à Strasbourg, puis à Bâle. Mais sa vocation n'était pas politique. Pendant près de trois années, il erra sans but dans les Alpes suisses, en dessinant des centaines de paysages et des esquisses, qu'il utilisa plus tard à Rome comme modèles pour ses peintures à l'huile.

C'est vers la fin de 1794 qu'il trouva sa vocation. Pourvu d'une bourse du mécène George Nott, il traversa à pied les Alpes pour se rendre en Italie. Il s'enthousiasma d'emblée pour les chefs-d'œuvre de la peinture italienne à Bologne, Florence, Naples et Salerne. Au début de l'année 1795, il parvint à Rome, son nouveau foyer, qui était considérée comme l'Olympe des artistes allemands de l'époque. Il s'intégra au cercle artistique des Deutsch-Römer (c'est-à-dire les Romains allemands). Il se lia d'amitié avec Asmus Jacob Carstens, de qui il apprit à maîtriser la représentation du corps humain. Il démontra ses talents dans cet art avec une bravoure particulière dans les illustrations de la Divine Comédie de Dante, et aussi par la suite dans des représentations bibliques et mythologiques. Il se lia d'amitié avec le sculpteur danois Bertel Thorvaldsen et partagea avec lui un logement dans la Via Sistina. Il devint bientôt un fidèle visiteur du Caffè Greco, dans la Via Condotti, rendez-vous par excellence des artistes, où aujourd'hui encore son portrait rappelle son attachement à ce lieu.

À partir de 1803, Koch commença à voyager dans les environs pittoresques de la campagne romaine, jusqu'au hameau d'Olevano Romano, dont il fit pendant plus de trente ans sa résidence estivale et sa source d'inspiration artistique. Les beautés de cette région, avant tout celles de la célèbre forêt de chênes de la Serpentara, le captivaient. Il était fréquemment accompagné au cours de ces premières incursions dans les paysages romains par Joachim Christian Reinhart, peintre allemand plus âgé. Des peintres plus jeunes, pour la plupart autrichiens, le suivirent également par la suite dans ces lieux, comme Friedrich Olivier et Franz Horny. C'est à Olevano que Koch épousa en 1806 la fille d'un vigneron local, Cassandra Ranaldi. Parmi la descendance de leurs trois enfants, on trouve le célèbre architecte romain de la fin du XIXe siècle, Gaetano Koch. Vers 1810, Josef Anton Koch se trouva de plus en plus en contact avec un nouveau groupe d'artistes allemands, les Nazaréens. Ces jeunes peintres, pour la plupart tout récemment arrivés à Rome, prirent Koch comme mentor. Ainsi donna-t-il la première orientation et l'inspiration artistique à des artistes comme Johann Friedrich Overbeck, Franz Pforr, Peter von Cornelius, Wilhelm von Schadow, Philipp Veit, Julius Schnorr von Carolsfeld et Joseph von Führich.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Joseph Anton Koch Œuvres célèbres
Voir toutes 73 œuvres d'art
Avertissement