{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

José Clemente Orozco

José Clemente Orozco

José Clemente Orozco

José Clemente Orozco (Zapotlán el Grande - aujourd'hui Ciudad Guzmán, Jalisco, 23 novembre 1883 - Mexico, 7 septembre 1949) est un peintre et muraliste mexicain social-réaliste. Un de ses thèmes de prédilection était l'homme contre la machine. Il est connu, comme Diego Rivera, pour ses grandes fresques (dans des musées, des universités, des écoles, etc.) et ses prises de position politique en faveur des paysans et des travailleurs.

Agronome de formation, il étudie la peinture entre 1908 et 1914 à l'Académie de San Carlos, avant de s'y consacrer entièrement. Il occupe de petits boulots, dont caricaturiste politique, pour subvenir à ses besoins et ceux de sa mère, après le décès de son père. Il subit l'influence de José Guadalupe Posada. Ses premières œuvres sont d'inspiration postimpressionniste. Ses premiers travaux sont des lithographies sur la vie indigène. Intéressé par la peinture murale, il a réussi plus tard à dominer parfaitement cette technique. Il expose pour une première fois à Mexico en 1916 dans la librairie Biblos. L'année suivante, il a voyagé aux États-Unis et a vécu à San Francisco et à New-York peignant des affiches et des murs pour le collège Pomona de Californie, pour le collège Dartmouth et la Nouvelle École pour la recherche sociale de New-York. Pour la décoration de ce dernier établissement, il a réalisé une véritable fresque puis il a peint sur du plâtre humide (c'était la première fois que cette technique était utilisée à New-York). L'assassinat de Zapata en 1919 lui fait adopter la cause des révolutionnaires. Dès lors, ses sujets s'attachent à la condition humaine, comme La maison des larmes en 1919, et aux ravages de la guerre (Criminels de guerre). Le côté militant de sa peinture rejoint celui de ses confrères Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros. En 1922 Diego Rivera et David Alfaro Siqueiros se réunirent dans un syndicat de peintres et de sculpteurs, tentant de récupérer l'art de la peinture murale sous le patronage du gouvernement. Comme eux, Orozco va commencer à peindre, à partir de 1922, de grandes fresques murales d'inspiration cette fois expressionniste qui exaltent le sentiment national, comme Prométhée en 1930. En 1926, sous la responsabilité du ministère de l'Éducation, il réalise dans la ville de Orizaba la peinture murale Reconstrucción dans l'édifice qu'occupe actuellement le Palais Municipal.

Sa renommée dépasse bientôt les frontières. Il expose à Paris en 1925, puis il se rend aux États-Unis où il exécute, entre 1927 et 1932, de multiples fresques dans des bâtiments publics, comme le Pomona College en Californie, The New School à New York, la Baker Memorial Library et le Dartmouth College à Hanover, New Hampshire.

De retour au Mexique, il reçoit de nombreuses commandes officielles, en particulier à Guadalajara pour l'université, le Palais du gouvernement du Jalisco, l'Hôpital Cabañas ainsi que la chapelle du Parc de Chapultepec à Mexico, en 1947. Vers la fin de sa vie, il réalise des dessins et des lithographies de moins en moins figuratives, inspirées par des thèmes mexicains, comme la mort ou la civilisation précolombienne.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


Plus ...
José Clemente Orozco Œuvres
Voir toutes 37 œuvres d'art