{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

La Découverte du cadavre d'Holopherne

Sandro Botticelli

La Découverte du cadavre d'Holopherne

Sandro Botticelli
  • Date: 1470
  • Style: Early Renaissance
  • Genre: peinture mythologique
  • Media: panel, tempera
  • Dimensions: 25 x 31 cm
  • Commande Sandro Botticelli Reproduction peinture à l'huile
    Reproduction
    de commande

La Découverte du cadavre d'Holopherne (en italien : Scoperta del cadavere di Oloferne) est un tableau, peint vers 1470 par Sandro Botticelli.

Cette tempera sur panneau de petit format, 31 × 25 cm et son pendant, Le Retour de Judith à Béthulie, conservés au musée des Offices de Florence, illustrent l'épisode biblique décrit dans les livres deutérocanonique et apocryphe de Judith, et l'assassinat du général assyrien Holopherne par une jeune et belle veuve juive, Judith.

Leur petites dimensions semblent de toute évidence se rapporter à une peinture d'usage privé, destinée à être vue de près.

Sous le règne de Manassé, successeur de son père Ézéchias à la tête du royaume de Juda, le pays est conquis par Holopherne, le général en chef de Nabuchodonosor II, désireux d'annexer à son empire les pays voisins et de se faire adorer comme le seul Dieu

— Judith 3.8

Holopherne et ses hommes assiègent bientôt Béthulie, une place forte située sur une montagne de Judée et s'emparent de la source qui ravitaille en eau la ville, un stratagème afin d'obliger la population à se livrer aux envahisseurs

— Judith 7.20-22

Épuisés et résignés, tous les habitants se réunissent autour d'Ozias, le prince de la cité ; ils décident de prier leur Seigneur Dieu durant cinq jours à l'issue desquels ils se livreront aux assyriens si aucun secours ne leur parvient

C'est dans ce contexte qu'intervient l'action de Judith, une jeune et belle femme, d'une grande sagesse et très pieuse depuis son veuvage survenu trois ans auparavant. Elle rencontre Ozias et d'anciens chefs de la ville, leur fait part d'un plan, sans en dévoiler la nature, afin de sauver son peuple

— Judith 8.32-34

Parée de ses plus beaux atours,

— Judith 10.4

Judith parvient au camp d'Holopherne ; elle précise au général son plan, d'inspiration divine, destiné à lui livrer les Hébreux. Séduit et convaincu par la sagesse de ses paroles, Holopherne la laisse agir en toute liberté, lui permettant même, chaque soir, de sortir du camp pour aller adorer son Dieu

— Judith 11.17

Le quatrième soir, Holopherne donne un grand banquet, où sont invités ses officiers et Judith, qui a su gagner sa confiance. À la fin du repas, Judith

— Judith 13.2

C'est le moment idéal pour mettre en œuvre son plan ; elle invoque le Seigneur en silence, puis

— Judith 13.6-10

Le nom du propriétaire des deux panneaux est documenté à partir du XVIe siècle. Ils sont offerts à Bianca Cappello, la seconde épouse de François Ier de Médicis, par le sculpteur et peintre Ridolfo Sirigatti, afin de « décorer un bureau, avec des peintures et des statues antiques ». Légués à son fils Antoine de Médicis par le Grand-duc de Toscane, les deux tableaux sont répertoriés, entre 1587 et 1632, année de leur entrée dans les collections des Offices, dans l'inventaire du Casino Mediceo di San Marco. Comme le précise cet inventaire, un cadre en noyer les réunissait, constituant ainsi un diptyque. Les documents sont manquants pour confirmer que cette disposition était celle prévue à l'origine par le peintre ou le commanditaire.

Les historiens s'accordent pour l'attribution à Botticelli, comme une œuvre de jeunesse, mais sont divisés quant à sa datation. Le rapprochement stylistique du visage de Judith, au dessin cependant moins défini, du panneau Le Retour de Judith à Béthulie, avec celui de la Force, tableau allégorique représentant cette vertu et commandé en 1470, plaide pour une exécution antérieure, soit à la fin des années 1460 ou au début de l'année 1470.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...