{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

Jean-Baptiste Camille Corot

Jean-Baptiste-Camille Corot

Jean-Baptiste Camille Corot

Jean-Baptiste-Camille Corot

Поделиться: Article Wikipedia

Jean-Baptiste Camille Corot, né le 16 juillet 1796 à Paris où il est mort le 22 février 1875, est un peintre et graveur français.

Il passa longtemps pour un peintre amateur qui avait tout loisir de voyager non seulement un peu partout en France, mais aussi en Italie, où il résida à trois reprises. Au cours de ses pérégrinations, il ne cessa de peindre des paysages idylliques, généralement étoffés de petits personnages, selon les règles du paysage classique. Connu pour sa philanthropie, il est aussi l'un des fondateurs de l'école de Barbizon.

Jean-Baptiste Camille Corot est né le 16 juillet 1796 au numéro 125 de la rue du Bac, à Paris. Corot est issu d’une famille de commerçants aisés : sa mère, Marie-Françoise Corot (1768-1851), née Oberson, était d’origine suisse, et son père, Jacques Louis Corot (1771-1847), d'origine bourguignonne. Ils tiennent un magasin de mode réputé, à l’angle de la rue du Bac et du quai Voltaire, à Paris. Les Corot ont deux autres enfants, Annette Octavie (1793-1874) et Victoire Anne (1797-1821) qui vivent à l'étage au-dessus du magasin.

Corot fait des études sans éclat à la pension Letellier à Paris (1803-1807), puis au Lycée Pierre-Corneille de Rouen (1807-1812). Le dimanche, il est accueilli par des amis de ses parents, les Sennegon, auprès desquels il apprendra à aimer la nature, famille dont le fils, Laurent Denis Sennegon épousera la sœur du peintre en 1817. Au sortir du pensionnat du lycée de Poissy en 1815, il est placé par son père chez deux marchands de drap successivement, à Paris (Ratier, rue de Richelieu où le nouvel apprenti se révèle un si piètre vendeur que son patron l'emploie comme commis coursier, et en 1817 Delalain, rue Saint-Honoré). Mais le jeune homme n’a guère de goût pour le commerce, et suit des cours de dessin à l'Académie de Charles Suisse du quai des Orfèvres le soir. En 1822, alors que son père veut « l'établir » en lui offrant un fonds de commerce pour reprendre le flambeau familial, il finit par convaincre ses parents de l’autoriser à poursuivre une carrière de peintre, en obtenant d’eux une rente annuelle de 1 500 livres (dont bénéficiait précédemment sa sœur morte en 1821). L’aisance de ses parents le met à l’abri du besoin, mais, en contrepartie, il restera dépendant d’eux jusqu’à leur mort. Il peut désormais louer un studio quai Voltaire et en fait son atelier.

Au printemps de cette même année, il entre dans l’atelier du peintre paysagiste Achille Etna Michallon (1796-1822), guère plus âgé que lui, qui rentre de Rome, où l’a conduit le Grand Prix de Rome du paysage historique, obtenu en 1817. Michallon inculque à Corot les principes du néoclassicisme et l’encourage à travailler en plein air. Dès cette époque, Corot réalise de nombreux dessins au crayon où il introduit le relief et les jeux de lumière. Michalon l'emmène avec lui découvrir Marlotte, village qui sera la base du groupe de Marlotte, réunissant des peintres prenant leurs distances avec ceux de Barbizon. Mais il meurt quelques mois plus tard, et Corot poursuit sa formation avec Jean-Victor Bertin, qui a eu Michallon comme élève, et qui, comme lui, enseigne à Corot la science des compositions néoclassiques et du paysage historique. Ses deux maîtres ont été des élèves et émules de Pierre-Henri de Valenciennes, un des précurseurs du paysage moderne qui encourageait ses élèves à peindre en plein air des études qui leur servaient ensuite pour composer leurs tableaux. C'est dans cette lignée que Bertin l’incite à aller travailler en forêt de Fontainebleau. Corot sera ainsi l’un des premiers peintres à travailler dans le village de Barbizon. Il ira également peindre dans la vallée de la Seine, et sur les côtes de la Manche.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Jean-Baptiste Camille Corot Œuvres célèbres
Voir toutes 494 œuvres d'art
Avertissement