{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

Vénus à son miroir

Diego Vélasquez

Vénus à son miroir

Diego Vélasquez
  • Date: c.1644 - 1648
  • Style: Baroque
  • Genre: peinture mythologique
  • Media: oil, canvas
  • Dimensions: 122,5 x 177 cm
  • Commande Diego Vélasquez Reproduction peinture à l'huile
    Reproduction
    de commande

Vénus à son miroir, également connue sous le nom de Vénus au miroir ou La Venus del espejo en espagnol, est une toile de Diego Vélasquez conservée au National Gallery à Londres. Complétée entre 1647 et 1651, et plus probablement peinte pendant la visite de Vélasquez en Italie (1649-1651), le tableau dépeint la déesse Vénus dans une pose lascive, allongée sur un lit et regardant dans un miroir tenu par son fils Cupidon.

De nombreuses œuvres, qui vont de l'art antique au baroque ont été proposées comme source d'inspiration pour cette toile, et en particulier les nus de Vénus des peintres italiens, tels que la Vénus endormie de Giorgione (complétée en 1510) ou la Vénus d'Urbin du Titien (complétée en 1538) et la statue antique Hermaphrodite endormi. Vélasquez combine deux poses traditionnelles pour Vénus dans cette toile : étendue sur un lit et regardant sa réflexion dans un miroir.

Vénus à son Miroir est le seul nu féminin de Vélasquez qui nous est parvenu. À cause de l'influence très active de l'Inquisition, de tels tableaux étaient extrêmement rares dans l'art du XVIIe siècle espagnol, malgré cela, les nus d'artistes étrangers étaient collectionnés par les membres de la cour espagnole et ce tableau a orné les murs des demeures de courtisans espagnols jusqu'en 1813, où il a été apporté en Angleterre au Rokeby Park, dans le Yorkshire. En 1906, la peinture a été achetée par la National Gallery à Londres. Bien que la toile ait été gravement endommagée par la suffragette Mary Richardson en 1914, elle a été complètement restaurée depuis.

Vénus à son miroir dépeint la déesse romaine de l'amour et de la beauté s'allongeant langoureusement sur un lit, le dos tourné à l'observateur. Dans l'Antiquité, les portraits de Vénus de dos faisaient partie des canons de l'art et de la littérature érotique. Elle est dépeinte sans les symboles usuels de la représentation mythologique de Vénus et c'est principalement grâce à la présence de son fils Cupidon que la déesse peut être identifiée : il n'y a par exemple ni bijouterie, ni rose, ni myrte et, au contraire des nombreuses représentations classiques, Vénus est brune et non blonde. Elle regarde dans un miroir tenu par Cupidon qui est représenté sans son arc et ses flèches.

Le visage dans le miroir est flou et ne révèle qu'une vague réflexion des traits d'une figure féminine fardée, attifée, rougie aux pommettes terreuses. Elle semble regarder vers l'extérieur, vers l'observateur de la toile au travers du miroir. La critique Natasha Wallace soutient que le visage non identifiable serait la clé de la compréhension de la toile et considère que « ce n'est pas une toile conçue comme le nu d'une personne spécifique, ni même comme un portrait de Vénus mais l'image de la beauté qui s'admire elle-même. » Selon Wallace, « il n'y a rien de spirituel dans le visage ou dans le tableau. Le décor classique n'est qu'une excuse pour une représentation très matérielle d'une esthétique sexuelle; pas du sexe en tant que tel mais de l'appréciation de la beauté qui accompagne l'attraction[8]. »

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...

Court Métrage

Short Films