{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion

Les Mangeurs de pommes de terre

Vincent van Gogh

Les Mangeurs de pommes de terre

Vincent van Gogh
  • Titre original: De Aardappeleters
  • Date: 1885
  • Style: Realism
  • Genre: scène de genre
  • Media: oil, canvas
  • Dimensions: 82 x 114 cm
  • Reproduction
    de commande

Les Mangeurs de pommes de terre (en néerlandais, De Aardappeleters) est un tableau de Vincent van Gogh peint en avril 1885 à Nuenen, aux Pays-Bas.

D'abord confiée à Théo Van Gogh pour une éventuelle vente, cette huile sur toile fait partie de l'exposition permanente du musée van Gogh à Amsterdam. Le peintre y a consacré de nombreuses études préliminaires. Bien qu'il n'ait rien laissé à ce sujet, il a cherché systématiquement à renouveler la composition et l'expression :

— Bruce Bernard, Vincent Van Gogh, la passion de voir[1]

C'est à Nuenen, un petit village du Brabant que le talent de Van Gogh se révèle pleinement ; il y réalise de puissantes études à la pierre noire de paysans au travail, mais aussi quelque deux cents tableaux à la palette sombre et aux coups de brosse expressifs, qui confirment son talent de dessinateur et de peintre.

L'atelier au presbytère ne lui suffisant pas, et épris de naturalisme (notamment après ses lectures de Zola), il décide de loger chez l'habitant : mineurs, charbonniers ou tisserands dans un premier temps, puis chez les De Groote, une famille de paysans à qui il paie un loyer minime et perfectionne son art : d'abord des paysages puis des natures mortes.

Il peint ensuite des portraits en payant modestement ses modèles.

L'ensemble des œuvres de cette période aboutit aux Mangeurs de pommes de terre, œuvre majeure qui révèle sa sensibilité inquiète et véhémente. La série d'une cinquantaine de visages de paysans, qui occupe Van Gogh de décembre 1884 jusqu'en mai 1885, en constitue un exercice préliminaire.

— Vincent van Gogh, Lettre 402 N à Théo

— Vincent van Gogh, Lettre 399 N à Théo

« Les Mangeurs de pommes de terre est le titre d'un événement qui se produit entre deux lampes qui interviennent au milieu de leur rencontre. En effet, il fait tellement sombre que la lampe qui surplombe la scène ne peut en même temps éclairer la surface de la toile que Van Gogh est en train de réaliser. C'est pourquoi la lumière qui éclaire la table centrale n'est pas la même que celle qui permet de voir sur la toile. Vu l'angle adopté, le point de vue à partir duquel la scène quotidienne devient visible, le tableau est nécessairement placé à contre-jour. Bref, la lumière à partir de laquelle Van Gogh peint n'est pas la même que celle à partir de laquelle il observe la pièce en son ensemble ».

Elle est la preuve de son observation studieuse de l'aspect des paysans comme il les décrit dans une lettre à son frère : « des visages rudes et plats, aux fronts bas et aux grosses lèvres, pas affilées, mais pleines et semblables à celles des tableaux de Millet », dans le but d'arriver à un mélange de couleurs qui rendrait leurs carnations vibrantes et semblables à celle « d'une pomme de terre bien poussiéreuse de terre et bien entendu pas épluchée ».

Étranger à la mort de son père (survenue le 26 mars 1885), indifférent à la déclaration d'amour de Margot Begemann, Vincent poursuit les études de têtes et de mains qu'il avait entreprises pendant l'hiver : ce sont les éléments expressifs de la figure humaine, que les maîtres anciens - tels que Rembrandt, Frans Hals et Rubens, qu'il admire particulièrement et dont il va voir régulièrement les œuvres au musée d'Anvers - avaient aussi habituellement mis en valeur.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Avertissement