{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

La Chute d'Icare

Pieter Brueghel l'Ancien

La Chute d'Icare

Pieter Brueghel l'Ancien
  • Titre original: De val van Icarus
  • Date: c.1560
  • Style: Renaissance nordique
  • Période: Antwerp Period (1554-1562)
  • Genre: peinture mythologique
  • Media: oil, canvas
  • Dimensions: 73,5 x 112 cm
  • Commande La Chute d'Icare Reproduction peinture à l'huile
    Reproduction
    de commande

La Chute d'Icare est un tableau de Pieter Brueghel l'Ancien dont l'original a disparu et dont il existe deux copies exposées à Bruxelles, l'une dans la collection du musée van Buuren et l'autre dans celle des Musées royaux des beaux-arts de Belgique.

Les experts et les critiques ont longtemps été divisés sur l'authenticité de l'œuvre exposée au Musée Old Masters, anciennement Musée royal d'art ancien à Bruxelles. Les deux versions connues du tableau (l'une peinte sur toile et l'autre sur panneau) sont inventoriées sous le même titre, sans signature ni date.

La dendrochronologie date l'œuvre sur panneau de 1583 (exemplaire van Buuren).

Une étude comparée des œuvres de Pieter Brueghel l'Ancien et ces copies réalisées à l'identique par son fils aîné, Pieter Brueghel le Jeune, révèle que la version sur toile doit dater des alentours de 1600, soit une trentaine d'années après la mort de Bruegel. L'analyse stylistique du dessin (étudiable par réflectographie infrarouge) montre qu'il s'agit d'une copie, sans doute d'un tableau plus ancien qui a été perdu. Cette attribution est néanmoins controversée car basée sur des hypothèses non vérifiées et des données lacunaires.

La controverse au sujet de l'authenticité de l'œuvre n'est pas récente. Dès 1912, à l'acquisition de La chute d'Icare par les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique ( MRBAB) son authenticité fut contestée par certains connaisseurs, principalement pour deux raisons : pour ses qualités picturales inférieures, dues aux surpeints lourds, mais surtout parce qu'il s'agit d'une peinture à l'huile sur toile, ce qui s'avère être une exception chez Bruegel l'Ancien, dont toutes les œuvres à l'huile ont été peintes sur panneau.

En 1963, Philippe Roberts-Jones, conservateur des MRBAB et Marlier, spécialiste de Bruegel, avancent l'hypothèse d'une œuvre peinte sur panneau mais transposée sur toile.

En 1998, une équipe mixte Institut royal du patrimoine artistique (IRPA-Bruxelles)-Université d'Utrecht tenta de résoudre le problème d'authenticité par une datation au radiocarbone de la toile tenue à tort pour originelle. La conclusion de cette datation étant la quasi-impossibilité que Pierre Bruegel l'Ancien ait peint sur cette toile. Mais en 2006, Jacques Reisse, professeur honoraire de chimie à l'Université libre de Bruxelles ( ULB) montra que cette datation n'est pas valable.

Un échantillon de peinture prélevé sur le bord droit (bleu de l'eau) en 1973 fut réexaminé avec des méthodes performantes comme la microscopie électronique à balayage avec spectroscopie des rayonnements X par dispersion d'énergie (SEM-EDX). Combinée à la microscopie optique des deux coupes tirées de cet échantillon, cette analyse révéla les structures et compositions suivantes, de bas en haut :

Les couches 4 à 6 sont originales. La présence d'une préparation à la craie sous le bleu original prouve qu'il s'agit d'une peinture sur panneau, transposée sur toile.

Le bleu d'origine se compose de blanc de plomb et d'azurite contenant de rares grains d'ocre et de noir. Ces structure et composition correspondent tout à fait à celles trouvées dans d'autres peintures sur bois de Pieter Brueghel l'Ancien. En outre, il est à noter que les particules de charbon de bois dans la couche blanche sont exceptionnelles car très longues et aciculaires, il n'a pu en être trouvé que dans Le dénombrement de Pieter Brueghel l'Ancien du même musée. Récemment, l'examen du dessin sous-jacent, par réflectographie infrarouge a été publié. La réflectographie fournit des images en lumière infrarouge qui traverse toutes les couleurs sauf le noir, ce qui permet donc de révéler le dessin sous-jacent, généralement noir. L'interprétation de ces réflectogrammes est fort subjective. Le dessin sous-jacent de La Chute d'Icare ne diffère pas sensiblement de celui trouvé sur des œuvres certifiées de la main de Pieter Brueghel l'Ancien. Ce dessin se limite normalement à une simple mise en place. Ceci s'explique par une peinture très mince et peu couvrante sur fond blanc comparable à une aquarelle qui aurait mal oblitéré un travail graphique élaboré.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...