{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×
Pin-up
Genre

Une pin-up est une représentation de femme, dessinée ou photographique, dans une pose attirante ou « sexy », d'où l'expression anglo-saxonne de « pin-up girl » qui pourrait se traduire en français par « jeune femme épinglée au mur ». Le mot est employé pour la première fois en 1941. Depuis leur apparition, les pin-up sont restées un symbole de charme et d'érotisme régulièrement remis au goût du jour.


Avec le développement du marché de l'estampe au début du XVIIIe siècle, émerge une demande de gravures de nature érotique. Les images érotiques tirées de diverses techniques de gravure vont dominer le marché tout au long du XIXe siècle. Au cours de ce siècle, la « chérette » inventée par Jules Chéret connaît un succès international.


À la suite de l'apparition des premières photographies en France dans les années 1830, les premières photos érotiques font leur apparition — voir par exemple les images d'Auguste Belloc. Il s'agit alors de travaux dits académiques ou de photographies vendues à un prix très élevé au marché noir. Avec le perfectionnement des techniques de tirage des photos, la production de clichés érotiques augmente rapidement et leur prix diminue, mais ce commerce reste illégal et l'État condamne les photographes, les modèles et les distributeurs dès le milieu du XIXe siècle. Malgré cela, la quantité de photographies érotiques et pornographiques continue d'augmenter et une partie de la production est même envoyée dans des pays comme l'Angleterre et les États-Unis.


Avec l'arrivée de l'impression par point de trame en 1880, puis la photomécanisation des images, la production à un grand nombre d'exemplaires de clichés photographiques est grandement facilitée et les magazines érotiques font progressivement leur apparition. Les premières préfigurations de pin-up américaines s'appellent « Gibson Girl » et « Christy girl », du nom de leurs créateurs respectifs Charles Dana Gibson et Howard Chandler Christy. Le grand public, aussi bien masculin que féminin, accueille très bien ce nouvel « art » qui est la représentation de la femme libérée, à la fois sophistiquée et attirante.


Entre 1890 et 1910, Paris, Bruxelles et Londres sont les trois capitales où sont produites la plupart des images de « petites femmes dévêtues ». Se met en place une figure mythique, la « Gay Parisienne », reprise par de nombreux périodiques américains. Deux magazines français font ensuite le tour du monde : La Vie parisienne et Le Sourire où apparaissent entre 1910 et 1930 des dessins de femmes plus ou moins dévêtues. L'historienne américaine Dian Hanson considère ces deux titres comme ayant sensiblement influencé la mise en place du style pin-up, surtout à partir de 1917 quand l'Armée américaine commencent à stationner à Paris, à la fin de la Première Guerre mondiale. Les artistes français ayant connu un grand succès aux États-Unis dans les années 1920 sont entre autres Louis Icart, Suzanne Meunier, Maurice Millière, concepteurs d'une certaine image de « la parisienne ».


Dans les années 1930, les pin-up sont de plus en plus représentées et sont très régulièrement utilisées dans les pulps et les comics (Dirty comics). De nombreuses variantes apparaissent alors, notamment les « Vargas Girl » peintes à l'aérographe par Alberto Vargas pour le magazine Esquire, ainsi que les premiers « pin-up boys » créés par les dessinatrices Joyce Ballantyne, Pearl Frush ou encore Zoë Mozert. Un peintre comme Enoch Bolles est également un gros producteurs de ce type d'images à la même époque.


Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →

Wikipédia: https://fr.wikipedia.org/wiki/Pin-up

Montre plus ... Moins ...