{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

Salvator Rosa

Salvator Rosa

Поделиться: Article Wikipedia

Salvator Rosa est un poète satirique, acteur, musicien, graveur et peintre italien né en juin 1615 à l'Arenella, un quartier de Naples, et mort en mars 1673 à Rome.

La devise de Salvator « aut tace aut loquere meliora silentio » (« Tais-toi, à moins que ce tu as à dire vaille mieux que le silence ») figure sur son autoportrait de la National Gallery de Londres.

Il naquit à l'Arenella, dans la banlieue de Naples, le 20 ou le 21 juillet 1615. Son père, Vito Antonio de Rosa, était arpenteur. Comme il souhaitait que son fils devînt avocat ou prêtre, il le fit entrer au couvent des pères somasques. Cependant, Salvator préférait les arts et en secret travaillait avec son oncle maternel, Paolo Greco, pour apprendre la peinture et bientôt il alla chez son propre beau-frère, Francesco Francanzano, élève de Ribera puis chez Aniello Falcone, en même temps que chez Domenico Gargiulo, ou chez Ribera lui-même. Selon certaines sources, il aurait passé son temps dans une vie errante avec des bandits. À l'âge de dix-sept ans, il perdit son père et, comme sa mère était sans ressources avec au moins cinq enfants, et il se retrouva sans soutien financier.

Il continua son apprentissage avec Falcone, en l'aidant à réaliser ses scènes de bataille. Dans cet atelier, on dit que Lanfranco remarqua son travail et lui conseilla d'aller à Rome, où il resta de 1634 à 1636.

Revenu à Naples, il se mit à peindre des paysages étranges, envahis par la végétation, des rivages déchiquetés, des montagnes et des grottes. Rosa fut parmi le premier à peindre des paysages « romantiques », avec une prédilection pour les scènes pittoresques et souvent agitées, ainsi que les scènes crues où l'on voyait des bergers, des brigands, des marins et des soldats. Ces premiers paysages se vendirent à bas prix par l'intermédiaire de petits marchands. Cette sorte de peinture lui convenait particulièrement.

Il revint à Rome en 1638-1639, où il fut hébergé par le cardinal Francesco Maria Brancaccio, évêque de Viterbe. C'est pour l'église Santa Maria della Morte de Viterbe qu'il peignit son premier et un de ses rares retables représentant l'Incrédulité de saint Thomas.

Rosa avait beaucoup de facilité pour la peinture, et la Bataille héroïque de 1664 fut peinte en huit jours. À Rome, il se lia d'amitié avec Pietro Testa et Claude Gellée dit Le Lorrain. Il s'intéressait à toute une série d'arts : la musique, la poésie, l'écriture, la gravure à l'eau-forte et la comédie. Il avait un cercle d'amis choisis, comme le poète et philosophe Giovanni Battista Ricciardi, avec lesquels il abordait des thèmes philosophiques et littéraires. Pendant un carnaval à Rome, il écrivit une pièce de théâtre et la joua sous le masque de coviello ; son personnage se moquait de Rome et distribuait des ordonnances médicales burlesques contre les maladies du corps et plus particulièrement celles de l'esprit. Sous ce costume, il se moqua lourdement des grosses comédies interprétées dans le Trastevere sous la direction de Bernini... Curieusement Salvator Rosa et Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière 1622-1673 étaient contemporains.

Ses pièces de théâtre eurent du succès, mais elles lui valurent des ennemis puissants à Rome parmi les mécènes et les artistes, y compris Bernini lui-même. À la fin de 1639, il dut se réfugier à Florence où l'avait invité le cardinal Gian-Carlo de Médicis. Il y resta huit ans. Une fois sur place, Rosa réunit une sorte d'atelier et de salon de poètes, de dramaturges et de peintres – ce qu'on a appelé l'Accademia dei Percossi (« l'Académie des Frappés »). Dans le milieu artistique rigide de Florence, il présenta ses toiles montrant des paysages sauvages. Malgré son influence, il attira peu de vrais élèves. Un autre peintre et poète, Lorenzo Lippi, partageait avec Rosa l'hospitalité du cardinal et fréquentait le même cercle d'amis. Lippi l'encouragea à continuer le poème Il Malmantile Racquistato. Il était en bons termes également avec Ugo et Giulio Maffei et logeait avec eux à Volterra, où il écrivit quatre satires, Musique, Poésie, Peinture et Guerre. Vers la même époque, il fit son autoportrait, à présent à la National Gallery de Londres.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Salvator Rosa Œuvres célèbres
Voir toutes 107 œuvres d'art
Avertissement