{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

Le Sacre de Napoléon

Jacques-Louis David

Le Sacre de Napoléon

Jacques-Louis David
  • Date: 1807
  • Style: Neoclassicism
  • Genre: peinture d'histoire
  • Media: oil, canvas
  • Dimensions: 621 x 979 cm
  • Reproduction
    de commande

Le Sacre de Napoléon (titre complet Sacre de l'empereur Napoléon Ier et couronnement de l'impératrice Joséphine dans la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 2 décembre 1804) est un tableau peint entre 1806 et 1807 par Jacques-Louis David, peintre officiel de Napoléon Ier, qui représente une des cérémonies du couronnement. Imposante par ses dimensions, presque dix mètres sur plus de six, la toile de David est conservée au Louvre. Une réplique quasiment identique commencée en 1808 par David et terminée lors de l'exil du peintre à Bruxelles est accrochée au musée du château de Versailles dans la salle du Sacre. Le couronnement et le sacre ont eu lieu à Notre-Dame de Paris.

L'œuvre est commandée oralement par Napoléon Ier en septembre 1804. David commence sa réalisation le 21 décembre 1805 dans l'ancienne chapelle du collège de Cluny, près de la Sorbonne, qui lui sert d'atelier. Assisté par son élève Georges Rouget, il le considère comme achevé le 18 novembre 1807 mais ne met la touche finale qu'en mars 1808. Du 7 février au 21 mars 1808, l'œuvre est exposée au Salon de peinture annuel ; en 1810, elle est présentée au concours des prix décennaux. Le tableau reste la propriété de David jusqu'en 1819, année où il est cédé aux musées royaux. Ceux-ci l'entreposent dans les réserves jusqu'en 1837. Il est alors installé dans la salle du Sacre du musée historique du château de Versailles sur ordre du roi Louis-Philippe. En 1889, il est expédié au musée du Louvre, et remplacé à Versailles par une réplique de la main du peintre commandée par un groupe d'hommes d'affaires américains en 1807, commencée en 1808 et achevée en 1822 pendant son exil à Bruxelles.

David vient d'être nommé premier peintre de l'empereur. Il est chargé par Napoléon de réaliser quatre tableaux de cérémonie relatant les grandes étapes de la cérémonie : L'intronisation, le sacre, La Distribution des aigles et l'arrivée à l'hôtel de ville. Napoléon avait donné son accord verbal pour que chacun des tableaux soit payé la somme exorbitante 100 000 francs, ce qui empoisonne l'entreprise des tableaux de 1804 à 1810, David n'étant finalement payé, pour l'essentiel, que 65 000 francs pour le tableau du sacre et 52 000 francs pour la Distribution des Aigles.

La cérémonie du sacre est organisée par un ancien élève de David, Jean-Baptiste Isabey, qui réalise aussi le livre du Sacre.

Le tableau est parcouru par plusieurs lignes directrices et reprend les règles du néoclassicisme. L'une des principales est celle qui passe par la croix et qui a une orientation verticale. Tous les regards semblent converger vers Napoléon qui est au centre de la composition. Un axe diagonal va du pape à l'impératrice. L'espace dévolu au couronnement est marqué par une composition de formes triangulaires qui se succèdent et sont soulignées par la verticalité des pilastres, des tribunes à deux étages et de la forêt de cierges. L'architecture, le mobilier, la lumière forcent le regard à se porter vers cet espace central.

Pour ce sacre, la cathédrale fait l'objet d'une grandiose mise en scène : un décor par plaquage est rajouté dans l'édifice, assez endommagé, pour lui redonner un aspect plus solennel et masquer le style gothique jugé vieillot. Des rideaux et tentures aux abeilles d’or recouvrent les murs et les piliers, la pierre disparaît sous du carton imitant le marbre, un voile cache la voûte de la cathédrale. Les rideaux n'étaient présents que dans la nef mais David les invente dans le chœur pour accentuer cet effet pimpant.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Avertissement