{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

Charles Atamian

Շառլ Կարապետ Ադամեան

Поделиться: Article Wikipedia

Charles Atamian est un peintre français d'origine arménienne, né à Constantinople le 18 septembre 1872, et décédé à Paris le 30 juillet 1947.

Charles (Garabed) Atamian est le deuxième des cinq enfants de Mighirditch Atamian, orfèvre et musicien, et de Marie Afker, arméniens francophiles. En 1880, il commence ses études primaires au Lycée Saint-Benoît de Constantinople. Il le quitte en 1886 pour entrer au collège Armeno Moorat-Raphael (en) à Venise, où il entre à l'école de Panletti. Il obtient son diplôme en 1892 et rejoint alors pour deux ans l’Académie des beaux-arts de Venise.

De retour à Constantinople, il est employé comme chef-céramiste par le Sultan Abdul Hamid II. Il tient ce poste jusqu'en 1897, tout en commençant, à titre privé, un travail d'aquarelliste.

Fin 1897, pour être libre d'épouser la femme qu'il aime, Marie-Josèphe Valérie Snidarsich, rencontrée à Trieste, il s'installe à Paris, dans un des ateliers de la Villa des Arts, rue Hégésippe Moreau. Il y a pour voisins Eugène Carrière, Picabia, Paul Cézanne. Pour parfaire sa formation de peintre, il choisit comme thème de copie de Maître ancien La Vierge au lapin, de Le Titien, exposée au Louvre. En 1903, il est accepté au Salon d'automne. Il devient aussi, cette année-là, illustrateur pour de grands éditeurs, puis pour des revues littéraires, activité qui lui fournira l'essentiel de ses ressources jusqu'en 1918. Simultanément, il peint, à l'occasion de ses vacances et de ses voyages, et commence, en 1911 une carrière de portraitiste. Pendant la guerre de 1914, il est assigné à résidence à Paris, étant sujet ottoman et son épouse autrichienne. Il travaille comme illustrateur pour des revues françaises et anglaises, et comme affichiste pour Gustave Quinson, directeur de théâtres, ce qui le conduit à fréquenter des artistes tels que Arletty ou Dranem. En 1918, il voyage dans le midi de la France, et commence une série sur Marseille et sa région. Puis, en 1920, c'est Saint-Jean-de-Luz et ses environs qu'il explore et peint. En 1921, il expose à la Galerie Allard. En 1923, à la Galerie Petit.

En 1923, il se rend pour l'été à Saint-Gilles-sur-Vie, en Vendée. Il y retournera régulièrement jusqu'en 1939. Une grande partie de son œuvre - plusieurs centaines de tableaux - y sera élaborée, et c'est sur ses peintures de plage que va s'affermir sa réputation. Il y composera plus de deux cents œuvres généralement des huiles sur toile. En 1926, il participe au Salon de France, organisé par le gouvernement Raymond Poincaré pour contribuer, à travers la vente aux enchères d’œuvres offertes par des artistes étrangers, au redressement économique de la France. En 1928, il obtient la nationalité française.

C'est à cet endroit, devenu Saint-Gilles-Croix-de-Vie en 1967, que son souvenir est demeuré le plus vivace. Des plaques commémoratives signalent qu'il y a résidé de nombreuses années. Une avenue et un rond-point y porte son nom.

En 1940, l'exode le conduit à Poulaines, dans l'Indre, d'où il rapporte de nouveaux paysages, localisés à Barzelle, du nom de l'ancienne Abbaye où il a résidé quelques mois, avant de retourner dans son atelier parisien.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Charles Atamian Œuvres
Voir toutes 2 œuvres d'art