{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

Burhan Doğançay

Burhan Cahit Doğançay

Поделиться: Article Wikipedia

Burhan Cahit Doğançay, né le 11 septembre 1929 à Istanbul et mort le 16 janvier 2013 dans la même ville, est un artiste turc.

Burhan Dogançay obtient sa formation artistique de son père Adil Doğançay et d'Arif Kaptan, deux célèbres peintres turcs. En 1950, il reçoit un diplôme en droit de l'Université d'Ankara. À l'Université de Paris il obtient un doctorat en économie et assiste de 1950 à 1955 aux cours d'art à l'Académie de la Grande Chaumière. Après son retour en Turquie, il participe à de nombreuses expositions, y compris les expositions conjointes avec son père au "Club Art Lovers Ankara". Après une brève carrière au service diplomatique turc, Dogançay décide en 1964 de se consacrer entièrement à l'art et de faire de New York sa résidence permanente. Des années 1960 jusqu’à sa mort, l’artiste retourne fréquemment en Turquie où il fait plusieurs expositions. Voyageur urbain, Burhan Dogançay a parcouru les rues de nombreuses villes à travers le monde durant une période s’étendant sur près de 50 ans. Cependant, Dogançay vit et travaille également à Istanbul et à Bodrum, en Turquie.

Dogançay est fasciné par les murs urbains et les choisit comme sujet. Il les voit comme le baromètre de notre société et témoin de l'écoulement du temps, reflétant les changements sociaux, politiques et économiques, souvent résistant à l'assaut des éléments et les marques laissées par les gens. La fascination est à l’origine de ses célèbres séries sur les murs, qui mêlent peinture, gravure, photographie et sculpture.

Au cours de ses pérégrinations dans 114 pays, Dogançay a réuni depuis les années 1960 tout un corpus de motifs, de formes, de signes, de lettres et de symboles provenant des murs des villes, qu’il a également fixés sur la pellicule. C’est dans ce trésor qu’il puise constamment pour concevoir de nouvelles œuvres, tout en procédant de manière très traditionnelle. Suivant en cela les enseignements de son père, Dogançay commence par des dessins et des esquisses pour réaliser la composition imaginée, avant de la transformer en collage à l’aide de divers matériaux. La construction de l’œuvre s’effectue par étapes: l’artiste commence par peindre le mur sur toute la surface, puis colle par-dessus divers éléments et pulvérisation des inscriptions, bref, le défigure. C’est également sous ce rapport qu’il faut envisager les tableaux de cônes, véritables accumulations de coins d’affiches enroulées. Apparemment fortuites, les œuvres de Dogançay n’en sont pas moins des compositions minutieusement agencées, qui n’hésitent pas à mêler des souvenirs de plusieurs villes différentes et de leur société. En ce sens, elles tiennent de la fiction, et s’apparentent, avec justesse à une «sorte d’esperanto artistique».

Pendant les années 1970, Dogançay lance ce qu'il voit alors comme son projet secondaire: photographier les murs urbains partout dans le monde. L’artiste possède ainsi des archives monumentales contenant plus de 30.000 clichés de murs pris dans les quelque 114 pays qu’il a visités. Les murs des villes sont le reflet des évolutions de la société, et les témoins du temps qui passe, de sorte que, selon l’artiste, «on peut expliquer les aspects politiques, sociologiques ou autres d’une société» simplement en regardant ses murs.

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Burhan Doğançay Œuvres
Voir toutes 63 œuvres d'art