{{selectedLanguage.Name}}
Se connecter Déconnexion
×

Alexandre Benois

Александр Бенуа

Alexandre Nikolaïevitch Benois (en russe : Алекса́ндр Никола́евич Бенуа́, nom de famille prononcé à la française), né à Saint-Pétersbourg le 21 avril 1870 (3 mai 1870 dans le calendrier grégorien), mort à Paris le 9 février 1960, est un peintre, décorateur, scénographe et historien d'art russe. Ami intime de Serge de Diaghilev, Léon Bakst, Dimitri Bouchène et Serge Ivanoff, ses créations ont particulièrement porté sur des décors pour des représentations de ballets.

Artiste très influent il est l'un des fondateurs du mouvement artistique Mir Iskousstva.

Alexandre Benois était issu d'une famille d'origine française renommée en Russie ; son grand-père paternel Louis-Jules Benois émigra en Russie à la Révolution française comme cuisinier à la cour du Tsar Paul Ier. Son grand-père maternel, Albert Cavos, d'origine italienne, était architecte à la Cour impériale .

Sa mère Camilla (en russe : Камилла Альбертовна Кавос, puis Бенуа) était la petite-fille de Catterino Cavos.

Son père (Nicolas Benois) et son frère (Léon Benois) furent des architectes reconnus. Alexandre Benois reçut son instruction secondaire au deuxième gymnasium de Saint-Pétersbourg. Doué pour la peinture, il n'envisageait pas initialement de consacrer sa vie à l'art. Diplômé de la Faculté de droit de Saint-Pétersbourg en 1894, il peignit trois ans plus tard une série d'aquarelles représentant les Dernières Promenades de Louis XIV, qui furent remarquées par Serge de Diaghilev et Léon Bakst, qui fondèrent ensemble le journal artistique Mir Iskousstva (Le Monde de l'art) qui allait influencer l'école de peinture russe et se répandre en Europe, sous l'égide des Ballets russes.

Au cours de la première décennie du XXe siècle, Benois poursuivit ses études tout en continuant de collaborer à Mir Iskousstva. Il réalisa plusieurs monographies sur l'art russe du XIXe siècle et sur la ville de Pouchkine (ancienne Tsarskoïe Selo). En 1903, il publia ses illustrations pour le Cavalier de bronze d'Alexandre Pouchkine, qui furent reconnues comme des chefs-d'œuvre du genre. De 1918 à 1926, il s'occupa de la galerie des Grands Maîtres au musée de l'Ermitage de Saint-Pétersbourg, dans laquelle il exposa l'héritage prestigieux de son frère, la Madonna Benois de Léonard de Vinci.

En 1901, Benois avait été nommé directeur scénique du Théâtre Mariinsky. Depuis lors, il avait consacré l'essentiel de son temps à la création de décors scéniques. Les décors pour Les Sylphides de Chopin (1908), Giselle d'Adam (1910) et Petrouchka de Stravinsky (1911) comptent parmi ses plus grandes réalisations. Il collabora avec Diaghilev et travailla en relation avec plusieurs grands théâtres européens. C'est lui qui créa, en 1928, les décors pour la création du Boléro de Ravel. En 1926 il quitte définitivement la Russie et s'installe à Paris où il travaille pour l'Opéra et la Comédie française, pour la Scala de Milan pour Covent Garden.

À partir de 1897, Alexandre Benois séjourne à plusieurs reprises en Bretagne : « Benois et Lanceray commencent alors à chercher l'endroit le mieux adapté pour leur première découverte de la Bretagne, vierge et non encore exploré par les artistes (...). L'accompagnateur breton leur conseilla alors le village de Primel-Trégastel, un endroit, selon Benois « si breton qu'il serait insensé de chercher quelque chose de plus breton ailleurs ». La vue qui s'offrait à leurs yeux était d'une beauté indescriptible (...), un petit golfe encadré de rochers en granit rose et de formes étonnantes ».

Ceci fait partie de l'article Wikipédia utilisé sous licence CC-BY-SA. Le texte intégral de l'article est ici →


More ...
Alexandre Benois Œuvres
Voir toutes 77 œuvres d'art